REPORTAGE Autres sujets
Accueil
Veillée d'armes

à Ahmedabad !

 

Toute la nuit, les fabricants de manjha enduisent le coton d'une pâte de verre pilée

Des centaines d'échoppes de cerfs-volants ont envahis les rues d'ahmedabad. Ce soir, c'est le marché de nuit aux Cerfs-volants; Car demain, c'est la fête de Makar Sakranti.

On va célébrer le solstice d'hiver en montant sur le toit des maisons pour faire voler des petits cerfs-volants en papier et en Bambou (Patang). La ligne de retenue en coton(la manjha) est enduite de poudre de verre. Elle devient ainsi très coupante. Alors, lorsque deux lignes se rencontrent, l'une d'entre-elle sera coupée, désignant ainsi le vainqueur du combat.

Les fabricants de " manjha " s'installent et prennent possession de la ville.
Les trottoirs sont maculés des restes de la poutre rose mêlée à de la poudre de verre pillé, avec laquelle ils enduisent le fil de coton. La foule se presse, se masse, s'arrache les cerfs-volants, se rue sur les bobines de Manjha.
Il ne s'agit pas de tomber en manque un jour de Makar Sakranti.
Certains vont dépenser beaucoup plus que de raisonnable.

Des millions de cerfs volants vont être vendus cette nuit en Inde.


Kite shop

Sandrine fait les boutiques

Le fil de coton est enduit à la main de pâte à base de verre pilé

La manjha est enroulée sur des grosses bobines

 


Les rues de la ville sont désertes, le vacarme de la circulation a disparu, les boutiques sont fermées, la ville est déserte et calme, mais ou sont-ils passés ?
Seul le ciel est abondamment animé par une myriade de halos multicolores.

Il paraît que c'est la haut, sur les toits, que cela ce passe.

On s'engouffre dans un vieil immeuble et on monte par un petit escalier qui n'en finit plus. Une dernière échelle de meunier et on débouche sur une terrasse. Une clameur assourdissante nous enveloppe.

Ils sont tous la entre ciel et terre. Les vieux, les jeunes, les enfants, avec des chaises, des matelas, des sucreries, du tchaï (thé au lait indien), le siège sera peut être long.
Les armes à la main, les combattants s'acharnent s'affrontent par cerfs-volants interposés.

Les uns brident les cerfs-volants, les autres s'affrontent. Les combats se déchaînent. Les cerfs-volants ne restent pas longtemps en l'air. A peine envolé, la ligne coupante de retenue d'un autre cerf-volant vient se frotter à celle ci et l'une des deux est coupée.
Qui a coupé qui ? impossible de le savoir, il y a des milliers de cerfs-volants dans le ciel, des milliers de personnes qui hurlent, qui s'égosillent, qui s'interpellent. Le tapage s'amplifie et ne s'atténuera qu'au couché du soleil.
La nuit tombe, des cerfs volants de toutes les couleurs sont échoués dans les rues, les arbres, les fils électriques.

Ce 14 janvier fût une belle journée, le solstice d'hiver aura été fêté dignement.

Le travail des enfants en Inde

Sapin de noël, version indienne

Les guerriers (Manu et Jasper) du Manjha club International surveillent la bataille

En savoir plus sur les cerfs-volants de combat Indiens :
http://francois.gonnet.free.fr
REPORTAGE Autres sujets Haut de la page Accueil